Bach… et la suite

Année de création : 2006
Public : à partir de 9 ans
Durée : 1h
Télécharger ici la plaquette

NOTE D’INTENTION

 » Comment mettre en scène l’histoire de l’art alors que les différentes expressions artistiques, musique, danse, peinture, sculpture n’ont pas la même évolution ou les mêmes correspondances dans le temps ? J’ai lâché rigueur historique et me suis offert la liberté de l’évocation.
Ainsi ai-je délibérément chorégraphié Jean-Sébastien Bach de façon baroque, et me suis inspirée de la sculpture pour le dix-neuvième siècle, tout en ignorant allègrement le triomphe de la danse classique… : guerriers gréco-romains classiques, bronzes romantiques de femmes à la salle de bain et sculptures réalistes traquant le geste du travailleur en fin de siècle. La première guerre mondiale était une trop grande rupture, tant sociétale qu’artistique pour ne pas l’évoquer.
Les recherches du Bauhaus et surtout de Vassili Kandinsky, grand théoricien de l’abstraction, ont porté mon écriture chorégraphique du vingtième siècle.
Imbriquer les personnes et personnages des deux interprètes m’a permis de fluidifier l’ensemble de la pièce et, enfin j’ai pris plaisir à travailler l’évolution de l’état corporel et du corps dansant dans chaque tableau, l’évolution dans les costumes et coiffures, mais aussi dans la scénographie de papier et tissus blancs ou écrus que la lumière forme et déforme, voire sature de couleurs ». Michèle Dhallu

DISTRIBUTION
Chorégraphie : Michèle Dhallu
Danse : Neige Salinas
Violoncelle : Sylvain Meilhan
Assistant : Serge Tomaz
Lumière : Yves-Marie Corfa
Scénographie : Xavier Laroyenne
Costumes : Anne Rabaron
Coiffures : Kolair Salinas
Régie plateau : Ludovic Champfailly
Musiques : Jean-Sébastien Bach, Joseph Haydn, Robert Schumann, Jacques Offenbach, Benjamin Britten, Sylvain Meillan.

COPRODUCTEURS
Dionysos Cahors scène conventionnée et Circuits, scène conventionnée d’Auch ; Ministère de la Culture et de la Communication ; DRAC Midi-Pyrénées; Conseil Régional Midi-Pyrénées ; Conseil Général du Gers.