L’équipe

Michèle Dhallu – Direction artistique

Michèle« Le mouvement est instinctivement un mode relationnel entre les êtres »

 

 

 

 


Frédéric Cauchetier
 – Administration et diffusion

Frédéric CauchetierAprès des études d’ingénieur spécialisé en aménagement du territoire et de nombreuses expériences en milieu agricole (chargé de recherche à l’institut de Développement Forestier, Gérant d’exploitation agricole…etc), Frédéric Cauchetier devient en 2007, Responsable billetterie, attaché aux relations aux publics pour le CIRCA (Pôle National des Arts du Cirque Auch Midi-Pyrénées). En 2008, il devient administrateur de L’Usine, lieu conventionné pour les Arts de la rue à Toulouse. En 2009, il est administrateur de la Compagnie la Baraka – Abou Lagraa à Lyon. De 2010 à 2013, il devient administrateur général  du GdRA. Il gère les budgets de la structure, les subventions, les budgets des tournées…  En octobre 2013, il monte sa propre structure, La Boite à Fred qui accompagne des structures en gestion administrative et financière dans le secteur culturel et de la communication. Il travaille notamment avec STUDIO-NP, agence de communication globale, la compagnie le GdRA (théâtre pluridisciplinaire), la compagnie Carré Blanc (danse jeune public) et [Lodudo] production.
(crédit photo : Valérie Servant)


Anne-Charlotte Ballot
– Communication, Production

ACBDiplômée d’un Master Métiers de la Culture obtenu à l’Université de Lille 3 en 2011, elle débute son parcours professionnel à La Ferme de Bel Ébat, Théâtre de Guyancourt en qualité d’assistante administrative et de production. En 2014, elle intègre la Cie Pupella-Noguès comme chargée de diffusion. Arrivée à Toulouse, elle rejoindra ensuite l’Armée du Chahut, puis Carré Blanc Cie. Depuis 2016, elle mène conjointement le travail de diffusion et de production pour la Cie Chat Perché et la coordination des actions culturelles et artistiques, de la communication et plus récemment de la production pour Carré Blanc Cie.



Yves-Marie Corfa
– Direction technique

YM

« Après 20 années d’éclairages de spectacles de danse, puis  directeur technique d’un pôle national de cirque, je continue mon métier de concepteur. Le mouvement de la lumière dans mon travail a toujours été un leitmotiv. Le travail à échelle réduite d’une maquette de théâtre occupe une partie du temps de mes recherches. Aussi la transformation d’objets inusuels en appareils lumineux me passionne. J’ai toujours aimé travailler sur des projets aux esthétiques diverses, dans la danse (carré Blanc cie , le théâtre d’objets (cie Au cul du loup), le cirque (cie La Meute, Marianne Michel), théâtre (cie Macqueron-Djaoui),  la musique(cie Vieussens), etc… Les éclairages d’expositions à la cité de l’espace, au Quai des Savoirs à Toulouse, monuments, chapiteaux, sont autant de projets différents qui viennent compléter mes créations. Enfin, la transmission du savoir d’éclairagiste me semble primordiale, et je tente d’œuvrer dans ce sens, en donnant des animations et cours de conception lumière sur maquette ».


Arnaud Mignon dit Nono
– Régisseur

nonoTechnicien « polyvalent » du spectacle vivant, c’est avec 16 ans d’expérience au sein de compagnies de rue (Okupa Mobil…), cirque (Le Boustrophédon…), danse (Vendaval…), mais aussi de festivals ( Le Bonheur des Mômes, Hellfest, Ramonville…) et également de lieux d’accueil (Les Pronomades, Bonlieu Scène Nationale…) que maintenant ce régisseur de tournée est au cœur même de la folle aventure Carré Blanc Cie.


De nouveaux artistes rejoignent la compagnie !

Lydie Dupuy – Musicienne

Lydie

En recherche constante de nouveaux défis, portée par la musique et la création, Lydie Dupuy multiplie les expériences musicales dans des esthétiques différentes : jazz, irish-punk-rock, pop-rock, chanson française. Batteuse de formation, elle a également pratiqué les percussions avec Leon Parker au sein de l’ensemble Ayurendai et a participé à la création du collectif de musiciens de jazz de Saint-Etienne, le Collectif Jazzmine. De son expérience avec les enfants en tant que musicienne intervenante, elle se lance dans la composition et l’écriture du livre/cd Nanan ! («Coup de Coeur disques enfants automne 2016» à l’Académie Charles Cros), offrant ainsi une approche originale de la musique de  jazz.

 

Stanislas Siwiorek – Danseur, comédien

Stanislas

Né en 1984, il travaille avec différentes compagnies en tant que comédien ou danseur. Avec la compagnie « Désamorce » pour la création Avez vous eu le temps de vous organiser…, un travail collectif autour de la pièce Anarchie en Bavière de Rainer Werner Fassbinder. Ce spectacle a été joué à l’Odéon-Ateliers Berthier dans le cadre du festival Impatience. Il travaille régulièrement avec la compagnie « Notre Cairn » (Jeune Théâtre National), pour la pièce Sur la grand route d’Anton Tchekhov, puis  dans « La noce » de Bertolt Brecht. Avec la Cie Asphalte il a participé à plusieurs créations : Aide toi le ciel, La fin des voyages, Oroonoko. Il a dansé à l’opéra Bastille dans le Roi Roger de Krzysztof Warlikowski. Il danse aussi avec la compagnie « Contre pied », avec laquelle il a participé à la création Box is a box is a box, duo pour danseurs autour de poèmes de Gertrude Stein, présenté au théâtre du Châtelet. En 2015, il a dirigé une résidence chorégraphique à l’Université Paris-Sorbonne sur le changement climatique. Il a conçu en collaboration avec Stanislas Roquette, et interprété La machine de l’homme, un seul en scène crée pour le festival d’Avignon à la maison Jean Vilar. Il rejoint Carré Blanc Cie pour une nouvelle création.


Hanna Flemström – Main à main

Version 2Elle découvre le cirque à vingt-ans à Västerås en assistant au spectacle d’une promotion du LIDO en 2008. L’envie de faire l’acrobate, de marcher sur un fil ou une corde était née. Après 5 mois d’intense préparation physique, elle intègre l’Akademiet For Utaemmet Kreativitet (AFUK) du Danemark. Elle y rentre Max Behrendt, porteur. Ils y resteront un et demi et créeront un duo d’acrobate Hanna & Max, avant d’intégrer ensemble l’école du Lido à Toulouse en 2011. Ils jouent ce numéro dans différents lieux et travaillent depuis 2016 avec Carré Blanc Cie et la Compagnie Oktobre.


Max 
Behrendt – Main à main

MAX

Max Behrendt est né en 1988 à Suède. Il est attiré très jeune par l’univers du cirque et y cherchera sa place patiemment. Il commence d’abord par le jonglage avec des balles appartenant à son frère trouvées dans le grenier, puis découvre l’acrobatie et la bascule au lycée. Mais son collectif de bascule se sépare et il décide de partir à Copenhague, Danemark, en 2008 pour intégrer une école de gymnastique. C’est là qu’il y découvre les portés. La liberté qu’offre cette technique sans agrès et la complicité du duo lui révèlent enfin sa voie. En 2009 il intègre l’Akademiet For Utaemmet Kreativitet (AFUK) de Copenhague où il rencontre Hanna Flemstörm, avec laquelle il forme un duo de portés. Ensemble ils intègrent l’école de Cirque du Lido à Toulouse en 2011 puis tournent leur duo avant d’intégrer en 2016 Carré Blanc Cie dans la nouvelle création « Les Genoux Rouges ». Il fera partie de la prochaine pièce de la Cie Oktobre.


Rick Pulford
– Acrobate

Rick PulfordNé en 1988 à Bristol, Angleterre, Rick Pulford est danseur-acrobate. Nourri par le Tae Kwon Do dès l’âge de 5 ans, dont il obtiendra la ceinture noire à seulement l’âge de 11 ans, il développe une fascination pour le mouvement et l’acrobatie. Adolescent il s’intéresse au breakdance et intègre le groupe « Faction Crew » puis fonde « Boyz4dance », au sein desquels il apprend la technique hip-hop et participe à des battles internationales. En 2009 il rejoint l’École Nationale des Arts du Cirque de Rosny-sous-bois dont il sera diplômé en 2012, avant d’intégrer Le Lido à Toulouse en 2012. Il y rencontre Jean Couhet-Guichot et Johannes Bauhofer avec lesquels il forme un trio d’acrobates et crée la compagnie « HS Cie, Les Hommes Sensibles. »


Jean Couhet-Guichot
– Mât chinois

Jean Couhet GuichotJean Couhet-Guichot commence dès son plus jeune âge à faire du cirque par ses propres moyens dans les rues de son village et son garage. Il a 12 ans lorsqu’il débute sa formation au sein de l’Ecole de cirque de Carcassonne, puis rejoint l’école de cirque Mycélium trois ans plus tard. Il passera un an au conservatoire de Béziers, sections art dramatique et danse contemporaine, avant d’intégrer l’Ecole régionale des arts du cirque Balthazar de Montpellier en 2010, où il se spécialise en mat chinois. Il pratique également l’acrobatie, la magie, le fakirisme, le nunchaku, le théâtre et joue du ukulélé et du banjo. En 2012, il entre au LIDO. Il rejoint la Tide Company et intègre en 2016 Carré Blanc Cie pour la création « Les Genoux Rouges ».


Johannes Bauhofer
– Jongleur et Acrobate

Hannes BauhoferJohannes est en contact avec le cirque depuis son enfance : avec son frère, ils s’essayent dès leur plus jeune âge à toutes les disciplines du cirque. À 9 ans, il entre à l’école de cirque amateur Harlekin à Freiburg (Allemagne) et obtient son certificat de professeur des arts du cirque en 2010. Il enseignera notamment aux enfants de l’école de cirque amateur Harlekin et y organisera le festival de jonglerie à plusieurs reprises. C’est donc naturellement qu’il poursuit son parcours en intégrant la formation professionnelle des arts du cirque « Codarts » à Rotterdam (Hollande) en 2011, avant d’entrer au LIDO en 2013. Johannes fait partie de l’équipe de Carré Blanc Cie depuis 2016 grâce à la création du spectacle « Les Genoux Rouges ».


Marin Bonazzi
– Musicien, compositeur

Marin Bonazzi

Après une licence de philosophie à l’université du Mirail à Toulouse, il intègre la classe de composition de Bertrand Dubedout au conservatoire de Toulouse. Depuis 2012, il a reçu plusieurs commandes du collectif éOle et collabore régulièrement avec Pierre Jodlowski. En 2014, il réalise une transcription électroacoustique du premier mouvement de l’opéra Urbicande de Didier Denis, à la demande du compositeur. Lauréat du Fond SACD – musique de scène en 2016 pour le spectacle Les Genoux Rouges, il est actuellement compositeur en résidence au Conservatoire de Blagnac et intervient comme spécialiste en informatique musicale interactive au sein du Shuiwu Project (Taïwan). Il enseigne la composition électroacoustique au Conservatoire de Toulouse et au sein de la chaire Arts & Cultures de l’Institut Supérieur d’Aéronautique et de l’Espace.Dans le sillage de Luc Ferrari, sa musique fait la part belle aux phonographies. La matière sonore y est certes modelée, malaxée, ouvragée. Mais il s’agit moins d’afficher des intentions compositionnelles volontaristes, que de souligner les contours d’une réalité sonore quotidienne, afin, simplement, d’en faire partager la saveur. C’est une musique activement contemplative, une invitation à la rêverie poétique.


Christophe Brombin
– Danseur

ChristopheCommence la danse en 1989 avec Aline Querengasser qui le formera en jazz, en classique, et en contemporain. Il poursuit sa formation auprès de Wayne Byars en classique ainsi que Gigi Caciuleanu, Peter Goss, Corinne Lanselle et Hervé Diasnas en contemporain. En 1995 il commence son parcours de danseur interprète avec la Cie J.F.Duroure et continue au sein de diverses Cies et chorégraphes tels que Didier Theron, Yann Lheureux, Patrice Barthès, Rita Cioffi, Hélène Cathala, Fabrice Ramalingom, Bruno Pradet , Xavier Lot et Mitia Fedotenko. Parallèlement, il se forme en danse contact avec Steve Paxton, Urs Stauffer, Yann Lheureux et Kirstie Simson. Il s’intéresse aux pratiques somatiques comme le Yoga et le Body Mind Centering. Il pratique l’improvisation comme support d’exploration sur les différents systèmes du corps et également à la composition instantanée en tant que démarche de spectacle . Pour enrichir cette recherche il vient à la rencontre de « perforer chercheurs » tel que Steve Paxton, Lisa Nelson, Simone Forti, Julyen Hamilton et Christophe Haleb
. En 2002 il crée un premier solo « Presque blanc ». En 2003 il crée un solo performance « Dedans Dehors ». En 2006 il crée dix solo improvisées en exterieur dans la ville de Montpellier.
En 2010 il crée « Daysinvolt » pièce en duo avec Chloé Dehu .
En 2014 il crée un collectif de recherche pluridisciplinaire .

 

Léa Darrault – Danseuse

Léa DarraultDiplômée de danse classique, Léa Darrault découvre la danse contemporaine avec un projet amateur  « Avalanches » d’Hervé Koubi, et poursuit sa formation professionnelle à Montpellier puis au CDC de Toulouse. En 2012, elle intègre la compagnie Balades, pour le  « Le Roi des Bons », ainsi que la compagnie Passe-velours, pour  une création 2013, « Que m’importe le jour ». Elle participe à la création de la pièce « Intersections » avec la compagnie Empreintes en 2016. Elle rencontre Nathalie Pernette en 2015 pour un projet en extérieur « Commandeau ». Toutes deux maintiennent le lien, et en 2017 elles collaborent pour la création « La Figure du Baiser », spectacle extérieur pour 6 danseurs. En 2014, Michèle Dhallu et Léa travaillent ensemble pour « Une chenille dans le coeur » qui mêle danse et théâtre. Elles partagent également le travail pédagogique auprès des enfants. Léa y apprend le plaisir de transmission. Elle finit par créer un solo « Si la neige était rouge » en 2016, ce qui engendrera un compagnonnage avec la compagnie depuis.


Linda Edsjö
– Compositrice et Percussionniste

Linda

Née en Suède, elle étudie à Stockholm et obtient le diplôme du conservatoire royal de musique de Copenhague (classe de soliste en 2010). Installée en France depuis 2009. Dés le début de sa vie professionnelle, Linda se passionne pour la musique dans le spectacle vivant. Elle partage la scène avec des musiciens, danseurs, circassiens, cinéastes et photographes. Elle collabore depuis 2007 avec Abbi Patrix, la compagnie du Cercle et le Labo de recherche sur le conte musical.  En 2010, elle reçoit l’aide à la création musicale de l’Adiam 94 pour le spectacle Pas de Deux de la compagnie du Cercle, spectacle bilingue français /anglais avec Abbi Patrix (tournée en France et en Europe). Elle fait partie du quintet de la compagnie du Cercle avec L’os à vœux, une création d’après les poèmes narratifs des indiens Crées d’Amérique du nord : avec Jean François Vrod, Delphine Noly, Marien Tillet et Abbi Patrix. En 2012, elle rejoint Michèle Buirette et Elsa Birgé pour la création d’un spectacle musical jeune public : Comment ça va sur la terre. Après un passage au théâtre Dunois le spectacle est lauréat du prix talent jeune public de l’ADAMI 2014 et sélectionné par les Jeunesses Musicales de France 2014-2016. Elle réalise en 2012, un portrait sonore de la poète danoise Inger Christensen avec la chanteuse Birgitte Lyregaard dont le CD du projet est sorti en 2013. Elle est lauréate du concours Andrée Chedid, Printemps des Poètes, et chante sa composition lors de la soirée d’ouverture à la Maison de la Radio, le 7 mars 2013. En 2014, elle compose la musique et joue dans le spectacle chorégraphique Une chenille dans le cœur de la compagnie Carré Blanc/ chorégraphe Michèle Dhallu. Cette création est inspirée de la pièce de théâtre de Stéphan Jaubertie. En 2015, elle sort un album avec Other Gardens (WE ARE- CDclassic) et crée avec la Compagnie du Cercle LOKI- pour ne pas perdre le nord co-produit, avec La Muse en Circuit. En 2016 elle interprète le rôle de « la prêtresse » dans le spectacle AOI, co-production de l’ensemble 2E2M et compagnie K622 mise en scène de Mie Coquempot. 


Suzel Barbaroux
– Danseuse

Suzel 2

La danse est un cadeau de la famille. Issue d’une famille d’artistes et d’artisans : peintre, musicien, danseur, gymnaste, ébéniste, charpentier, facteur d’instruments (clavecin et violon), Suzel suit son héritage familial et plonge dans le coeur du voyage entre musique et danse. Elle débute ses études au conservatoire de Saint Etienne (clavecin et danse), puis enchaîne à la Maîtrise de la Loire  pour effectuer des tournées en Europe et chanter dans les chœurs d’enfants d’opéras prestigieux (Turandot, Werther, Carmen…). Suit le riche enseignement de Vendetta Mathea à la Manufacture d’Aurillac. Suzel danse en Chine, Martinique, Ecosse, Maroc ainsi jusqu’à New York. Etendant sa formation aux arts du cirque (barres verticales, trapèze, acrobaties), auprès de N.Silva (Ecole Internationale de Cirque de Rio) au mime, avec L. Alaniz (théâtre du mouvement), à l’ improvisation théâtre physique avec Yorgos Karamalegos, au tango argentin, elle s’intéresse également aux danses africaines. Un petit séjour au Bénin poursuivra son ouverture à tout ce qu’il est possible de rencontrer, d’essayer de danser, de chanter, de mélanger, d’assembler, de mixer…, ou de rester dans le « traditionnel » qui apparaît comme une base fondamentale à ne pas mettre de côté. La Cie EKlectiK FlamenKo Zone créée par Suzel et deux danseuses de flamenco, en est une bonne illustration. Ayant travaillé pendant plus de dix ans en cabaret, en revue parisienne et ayant fait de nombreuses reprises de rôles auprès de Félix Ruckert, Samir El Yamni, Christine Fricker, la Cie Artonik, elle expérimente aujourd’hui les liens qui unissent, nourrissent la musique et la danse, le mouvement et le son auprès de la Cie Ya Nada à Brest. Depuis 2008, elle danse et donne des ateliers pour le très jeune public avec, essentiellement, la Cie Carré Blanc ; une expérience unique qui fait prendre conscience de l’extraordinaire évolution de l’enfant, de la multiplicité du temps, faisant vivre le temps de l’enfant dans un corps d’adulte.  Une devise : le mouvement, c’est la vie.


Simon Gillet
– Danseur et comédien

Simon Gillet

Après une formation de comédien au conservatoire de Marseille, aux Théâtre des Ateliers et à l’Université d’Aix en Provence, Simon Gillet joue au sein de diverses compagnies avec des metteurs en scène tel que François Cervantés, Renaud-Marie Leblanc ou Syméon Fieulaine… Il joue également dans des téléfilms et dans des courts-métrages. Suite à un stage avec Phillippe Genty, il se passionne pour la danse et suit une formation de danse contemporaine avec Véronique Larcher, il participe à de nombreux stages dont ceux de la Cie Ex Nihilo, Michel Khéléménis ou Barbara Sarreau. En parallèle il se spécialise dans les portés avec la Cie du Mouvement, Les Arts Felus, Archaos, et Catherine Dubois. En 2012, il a le plaisir de rencontrer, par l’intermédiaire de Suzel Barbaroux, Michèle Dhallu, grâce à qui le rêve d’un duo mêlant danse, théâtre et portés se réalise… Dernièrement il a dansé pour la Cie Malaxe dans les festivals In d’Aurillac et de Châlon, il a aussi développé ses projets vidéos dont des spectacles-tournages.

 

Ils ont croisé nos sentiers artistiques …

Neige Salinas – Danseuse

neige

Neige Salinas étudie la danse classique et la danse contemporaine au CNR de Toulouse suivi de la formation professionnelle Extensions au Centre de Développement Chorégraphique Toulouse/Midi-Pyrénées. Elle obtient un Diplôme d’État d’enseignement de danse contemporaine au Centre National de la Danse.  Elle est interprète au sein de Carré Blanc Cie – Michèle Dhallu, travaille avec l’artiste plasticienne Luzia Simons  pour la performance « Memory Error », ainsi qu’avec l’artiste plasticienne Laïna Hadengue pour « Effet-Mère » oeuvre vidéographique sélectionnée pour la 31ème édition de « Macparis 2014 » et du festival de cinéma « court devant » dans la catégorie « film d’artiste ». Par ailleurs elle réalise plusieurs pièces chorégraphiques autour des oeuvres de Karin Serres et de Claudine Galéa pour les projets d’actions culturelles THEA dans le Tarn-et-Garonne, et est également formatrice à LédA (École de l’Acteur) à Toulouse. En 2014, elle fonde la Cie Diotime et crée son premier solo, « Petit Personne ».


Déborah Coustols Chatelard
– Danseuse

deborah_coustols

Née à Toulouse en 1982, Déborah Coustols commence sa formation au Conservatoire National de Région de Toulouse en danse classique, puis en danse contemporaine. Suite à l’obtention de son 1er Prix à l’unanimité au CNR de Boulogne, elle est reçue à 16 ans au CNSM de Paris. À sa sortie elle continue à se former et entre au CDC de Toulouse puis au CNDC d’Angers où elle rencontre ses futurs compagnons de scène. Elle travaille avec Mihran Tamasyan, Michèle Dalhu, Marco Berrettini. Après quelques années de scène, elle s’oriente vers le théâtre et intègre la classe de Blanche Salant et Paul Weaver. Suite à cette formation, elle joue de nombreuses pièces et courts-métrage sous la direction de Mylène Lormier, Virginie Fauchois, Gabriel Desplanque, Licinio Da Silva. Déborah continue toujours à suivre des master-class et à découvrir de nouveaux horizons de jeu. Elle vient notamment de terminer un stage avec Scott William portant sur la méthode Meisner ainsi qu’une nouvelle création dirigée par Vanessa Sanchez.


Matthieu Gaudeau
– Danseur et comédien

Matthieu_GodeauAprès des études de théâtre au conservatoire ( C.N.R de Bordeaux, puis à l’Atelier de Formation Daniel Sorano sous la direction de J.Rosner), il rencontre la danse et alterne depuis entre les deux disciplines. Il travaille comme interprète depuis une quinzaine d’années au sein des compagnies de spectacles vivants et de collectifs (« Flagrants désirs », « Anamorphose », « Carré Blanc Cie – Michèle Dhallu », « Apsaras Théâtre », « La nuit venue »… ). Il met en place des projets collectifs au sein de la Cie Karavanti entre 1998 et 2000. Entre 2004 et 2006, il co-dirige le collectif « La Gouttière » au sein duquel il développe un travail de danse-théâtre et met en scène deux de ses textes. Son travail de danse est nourri par le Contact Improvisation et par la Technique Alexander dont il finit actuellement la formation de professeurs. Depuis cinq ans, il s’oriente vers les pratiques somatiques auprès de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer.


Yvon Bayer
– Danseur et musicien

yvon-bayer-02 copieNé en 1952, Belge ! À douze ans, j’ai posé les deux pieds sur une scène, depuis je n’ai pas arrêté. Baignant dans la danse, la musique et le dessin. Si j’ai pratiqué durant une dizaine d’années de manière permanente les danses traditionnelles et en parallèle la pédagogie aux Jeunesses Musicales de Liège, c’est bien sûr pour débouler dans la danse contemporaine en décidant de ne jamais « m’enfermer » dans un milieu. Je continue de marquer de l’empreinte de mes danses barbares les sols et les murs récalcitrants, en les habillant de passion, d’amour, d’humour, et de grincement. En deux mots : « c’est sérieux, mais ce n’est pas grave ».


Claire Sauvajon
– Danseuse

Photo_Claire_Studio 25.05.2013 029

Claire Sauvajon s’initie à l’art chorégraphique au CNDC dés 1988 et à la transmission au CND de Lyon en1994 (DE professeur de danse contemporaine). Elle est danseuse interprète dans les Compagnies de Sylvie Guillermin, Jean-Claude Gallotta, François Laroche-Valière, Monique Duquesne, Jacquette De Bussac et Michelle Dhallu et interprètera Salammbô pour Marie-Pierre Scoliège. Elle collabore également avec le metteur en scène Vincent Goethals pour la Cie L’oiseau Mouche/ Le Garage. Claire Sauvajon est danseuse – auteur pour ses propres pièces depuis 1989 au sein de la Compagnie Costes Sauvajon puis dans la compagnie Bleu Sauvage & Cie. Elle est artiste associée pour la Danse à l’école depuis 1995 et pour des projets transgénérationnels et enseignante spécialisée de praticiens bien-être déficients visuels au CFRP de l’association Valentin Haüy à Paris: Shiatsu – Posture et conscience du corps – Anatomie et psychologie du toucher. Elle oriente son travail en direction des danseurs, comédiens, musiciens, chanteurs, praticiens de Shiatsu.


Frédérique Camaret
– Comédienne

P1030148

Pendant sept années de voyage en roulotte à cheval elle s’implique en tant que comédienne, plasticienne et conteuse dans le théâtre saltimbanque. En 1986 elle prend part à la création de la cie L’Oboubambulle et participe à tous ses spectacles de rue jusqu’à fin 2007. Frédérique travaille actuellement avec plusieurs compagnies en tant que lectrice, conteuse – musicienne, comédienne et marionnettiste pour le jeune public.