Pompons

FLOCONS DE PAPIER DANSÉS
d’Edouard Manceau
Mise en chorégraphie : Michèle Dhallu

Année de création : 6 mai 2015 – Mayenne (53)
Public : 1- 4 ans
Durée estimée : 25 min
Jauge : 60 (enfants et accompagnateurs)

Selon Victor Hugo, la forme c’est le fond qui remonte à la surface. Il s’agit bien de cela, faire fi de notre savoir-faire technique, être libre et laisser parler l’émotion qui est en nous pour la donner toute entière aux enfants dans nos livres ou sur scène.

NOTE D’INTENTION D’EDOUARD MANCEAU, AUTEUR-ILLUSTRATEUR :

« Depuis une quinzaine d’années maintenant j’écris. Il s’agit pour moi d’écrire avec des mots et des images dans un processus global qui aboutit à une histoire. Cette histoire est ensuite imprimée sur un support qui voyage pour la colporter. Un livre.
Même si j’adresse ces histoires à tous, elles sont répertoriées dans les bibliothèques pour les enfants de maternelles. C’est vrai qu’elles leur sont adressés. Mais j’insiste sur le fait qu’elle s’adressent aussi aux adultes et à l’enfant qui est enfoui en eux.

J’ai publié aux éditions Milan un livre intitulé « Merci le vent »  en 2011.
Dans cette histoire, on découvre au fils des pages, un, deux, trois puis sept petits morceaux de papier qui flottent dans des pages blanches.
D’où viennent ces petits morceaux de papier et à qui sont-t-ils ?
Cinq animaux se les accaparent tour à tour.
Une poule parce qu’elle les a trouvés en premier.
Un poisson parce c’est lui qui a découpé ces morceaux de papier.
Un oiseau parce qu’il a fabriqué ce papier.
Un escargot parce qu’il a coupé le bois qui a servi à faire ce papier.
Une grenouille parce qu’elle a déniché l’arbre qui a servi à faire le bois.
Arrive ensuite le vent qui explique fort justement que c’est lui qui a soufflé de toutes ses forces pour faire tomber l’arbre. Ces petits papiers appartiennent donc au vent.
Symboliquement à personne puisque le vent est invisible.
Le vent dépose ces petits morceaux de papier sur la dernière page blanche du livre en les
accompagnant de cette phrase destinée aux lecteurs, « prenez-les et faites en ce que vous voulez« .

Ce livre est porteur de beaucoup de messages. Il aborde la notion de propriété si chère aux humains, celle du partage et celle de l’abandon. Il insiste sur le fait que rien ne nous appartient vraiment, que nous ne sommes que des petites poussières dans le cosmos.
Enfin il y est question de transmission, thème qui m’est très cher.
Avec cette création, je souhaite continuer le travail commencé dans « Merci le vent ». Ces petits papiers que le vent m’a laissé, je souhaite les réutiliser.

Les livres nous donnent des images en deux dimensions. La scène nous amène des images en trois dimensions. Alors les petits morceaux papiers plats imprimés dans le livre devaient passer en trois dimensions. C’est comme ça qu’est arrivée cette idée de petites boules de papier. Toutes identiques, blanches, nées de simples feuilles de papier. Des morceaux de papier en volume.
Ces petites boules de papiers qui sont en général porteuses de projets avortés, de texte ratés, de messages négatifs vont dans ce projet retrouver toute leur leur dignité. Parce que l’on va se jouer de touts ces petits échecs enfouis dans ces petites boules et elles vont devenir de petits pompons précieux pour le jeu.

J’ai intitulé ça Pompons.

Très vite j’ai eu envie d’un spectacle avec un danseur et un musicien.

Anwar Hussain, musicien gitan du Rajasthan, totalement habité, qui est un artiste avec qui je collabore déjà et que je connais depuis longtemps a été emballé par le projet. L’apport de la culture indienne amenait une vraie richesse et de l’ouverture au projet. Son humanité est aussi pour moi essentielle.

Restait à trouver un danseur et une compagnie pour porter le projet. J’ai été amené à rencontrer lors de mes recherches Carré Blanc Cie.
L’idée de travailler avec une compagnie me plaisait à condition bien sûr qu’elle soit emprunte de partage et d’exigence. C’est ce que j’ai trouvé auprès de Michèle Dhallu, chorégraphe de Carré Blanc. Elle est de ces artistes qui portent sur eux leur authenticité et je l’ai vu à la seconde. Ses spectacles utilisent un langage évident pour moi. Aussi lui ai-je très vite proposé ce projet. Je lui ai laissé le choix du danseur ».

Blog d’Edouard Manceau : un clic !

PROPOS :
À l’instar de l’album « Merci le vent » d’Edouard Manceau où des morceaux de papier flottaient dans des pages blanches, « Pompons » s’ouvre sur un plateau jonché de petites boules de papier froissé.
D’où viennent ces pompons de papier ? Sont-ils des notes griffonnées ? Brouillons d’êtres de papier laissés par un romancier ? Ou de figures imaginées que l’écriture chorégraphique va venir remplacer ?
À la prose succède la poésie, puis la métaphore : ces pompons accrochent la lumière comme des boules de neige. L’imaginaire et l’émotionnel de l’enfant sont alors invoqués.

Sur le plateau, un danseur, un musicien et des flocons de papier.

Danser avec ces pompons interroge le rapport de l’homme à la matière. Le papier se mettra dans tous ses états, de froissement, de pliage, de déchirement. Alors s’instaure un dialogue entre une matière en constante évolution et les états de corps du danseur.

Un jeu, un éternel recommencement où les scènes se succèdent comme autant de petites expériences de la vie qui virent à tout vent.

DISTRIBUTION :
Auteur : Edourad Manceau
Chorégraphie : Michèle Dhallu
Danseur : Serge Louis-Fernand
Composition musicale et interprétation : Anwar Hussain

ACCUEIL EN RÉSIDENCE :
du 9 au 16 déc. 2014 : Espace Clair de Lune – Ernée (53)
du 17 au 22 déc. 2014 : Le Prisme / Salle polyvalente de Landivy (53)
du 13 au 20 janvier 2015 : Salle socio-culturelle d’Averton (53)
du 21 au 29 janvier 2015 : Le Kiosque (53)

Résidence de reprise
du 29 avril au 5 mai 2015 : Le Prisme / Salle polyvalente de Landivy (53)

PARTENAIRES :
Spectacle créé dans le cadre de « Croq’ les mots, Marmot ! » co-financé par Le Kiosque – Centre d’Action Culturelle du Pays de Mayenne, le GIP et les 5 communautés de communes de la Haute Mayenne, L’Union Européenne – Fonds Leader, La Région des Pays de la Loire et le Ministère des Affaires Culturelles – DRAC des Pays de la Loire